Les 500 ans du Reinheitsgebot : décret sur la pureté de la bière

Paul 5 janvier 2016 0

La Bavière, ce n’est pas que Munich et sa célèbre fête de la bière d’octobre « Oktoberfest », où des millions de buveurs inconditionnels viennent descendre « quelques chopes ». La Bavière c’est surtout un savoir-faire et une réputation bien particulière dans le monde de la bière, grâce à la Reinheitsgebot, plus connu en France sous le terme de « décret sur la pureté de la bière », datant du 23 avril 1516. 

Ce décret protégeant l’appellation « bière » constitue aujourd’hui la plus vieille loi sur l’alimentation toujours en vigueur. La bière ne pouvait être composée que d’eau, d’orge et de houblon et de levure. Tout autre ingrédient interdirait alors l’appellation de « bière ». Alors que l’Allemagne s’apprête à fêter les 500 ans d’existence du Reinheitsgebot revenons sur son histoire.

Afficher l'image d'origine

500 ans de Reinheitsgebot : Le retour aux sources.

Cinq siècles après sa promulgation la ville d’Ingolstadt s’apprête à célébrer cette loi que les brasseurs bavarois appliquent toujours, mais quelle est l’histoire du Reinheitsgebot, est-elle toujours indispensable ?

L’idée d’origine de ce décret hygiéniste était de limiter les ingrédients utilisé pour brasser la bière afin d’empêcher l’utilisation des céréales panifiables comme le blé et le seigle pour le brassage de la bière. L’orge, difficilement panifiable mais parfaite pour brasser devait être réservée à la bière.

La qualité et la pureté des bières allemandes est bien sûr notable, bien qu’elle ne prenne pas en compte l’utilisation d’adjuvant chimique notamment pour le traitement des céréales.

Ce décret n’a malheureusement pas que des avantages, le monde brassicole d’aujourd’hui tend à innover et a brasser des bières plus créatives. Brassée avec des épices, des fèves de cacao, du piment ou bien vieillie avec des copeaux de bois toutes ces opérations se révèlent impossibles sous le décret Reinheitsgebot.

Après la Seconde Guerre mondiale le décret fut mis au goût du jour et incorporé dans la loi « Biersteuergesetz ».

Pour les lagers, les bières de fermentation dites « basse » furent autorisés le malt d’orge, le houblon et l’eau. Tandis que dans les bières de fermentation dites « haute » Ale, l’ajout de malts d’autres céréales ainsi qu’un nombre limité de sucres et de colorants fut autorisé.

En raison de la réglementation européenne, d’autres ingrédients sont autorisés dans les bières allemandes, mais la majorité des brasseurs allemands continuent à suivre les prescriptions du Reinheitsgebot, considéré comme gage de qualité.

Leave A Response »