Bière et Food Pairing : un équilibre difficile à trouver…

roland 5 mai 2012 1

The great belgian beer dinner 2012, cela vous dit quelque chose ? Vous avez de la chance, moi non… Programmé au mercredi 25 avril, il s’agit d’un dîner gastronomique organisé non loin de Bruxelles réunissant 3 grands chefs cuisinant… A la bière ! Vous les connaissez peut-être de réputation : Tom De Four (De Heeren van Liedekercke à Denderleeuw), Stefanie de Vos (De Bistronoom à Ostende) et Chris Lively (Ebenezer’s Pub & Restaurant aux Etats-Unis, classé 1er sur Ratebeer !) Hmm… Comment résister ?

Cependant, et pour 80 €,  je vous laisse imaginer que le menu Kebab/Karmeliet n’est pas vraiment d’actualité (oui je sais, je vous l’ai déjà faite celle-là), non c’est quand même un peu plus classe ! D’abord, les amuse-gueule : alors ok c’est très joli mais je cherche encore l’apport de la bière dans ce qui nous est proposé ! A l’unanimité, les asperges de sable à la flamande,

Le "smeus", plat du pêcheur

parfumées à la Westmalle Triple ont remporté notre préférence, l’amertume de la Westmalle s’intégrant parfaitement avec celle de ces asperges de saison. Autre association faisant l’unanimité (mais contre elle) : le homard du Maine servi avec une Stuise Motuecha… Là nous n’avons pas vraiment compris, d’autant que cette Single Hop ne constitue pas une des meilleures réussites de la brasserie car beaucoup trop légère et sans caractère. Je passerai sur les autres entrées de la soirée : Cubaanse Sigaar de chez De Heeren van Liedekerck mariné à la gueuze Girardin, le tout associé à la Duvel Tripel Hop 2012, toast de foie gras et réduction balsamique à la levure d’Hopussoupe de poisson à l’Ostendaise à la mousse de Hommelbier… Je me suis régalé, certes, mais je cherche encore la bière !

Côté rafraîchissement, Lambic et Geuze de la maison Oud Beersel (qui fête son 125ème anniversaire) sont à l’honneur, le Lambic étant directement soutiré du cubi et goûtait pas mal la pomme, assez surprenant !

Furtivement, je jette un coup d’oeil sur la carte des réjouissances et… Zut, c’est du flamand ! Bon, c’est toujours l’occasion de serrer la main de Carlo Grootaert (De Struise Brouwers), de croiser le regard de Tim Yebb… C’est plutôt hype ici dites-moi ! Malheureusement, j’ai toujours détesté les mondanités… Allez hop, passons à la suite !

Dans un style assez charpenté, le Smeus (simple purée de crevettes, appelé également « le plat du pêcheur ») nous a été servi avec une bière dénommée Pier Kloeffe. Pas vraiment subtil, surtout que cette drôlerie au nom étrange ne propose rien d’original, juste une grosse Triple belge de plus qui a eu le mérite, vu son extrême lourdeur, de s’associer parfaitement avec le plat. Basique mais efficace. Autre surprise de la soirée, Le filet de boeuf mariné « Ebenezer’s style » accompagné d’une Cuvée des Jacobins de chez Bockor… Quand on me parle de Bockor, je pense tout de suite à leur pils, et je n’avais jamais entendu parler de cette sour ale. Et bien l’accord s’est révélé harmonieux, l’acidité de la Jacobin n’écrasait pas le

Bière et fromage, toujours aussi efficace !

goût de cette pièce de boeuf incroyablement fondante (quoiqu’un peu salée mais je pense que c’était voulu). Gros coup de coeur !

Vient l’heure du fromage, alors que nous en parviennent 3 grosses tranches (en provenance de Chimay, Orval et Westmalle), je me dis que jamais je n’arriverai à ingurgiter tout ça et qu’il va falloir faire un choix ! C’est à ce moment qu’arrivent sur la table plusieurs verres de Kapittel Prior… J’ai donc fait le choix de tout manger avec comme objectif principal : pas de survivants ! Bon ok, je n’ai pas la classe…

Le clou du spectacle : sabayon de Rochefort 10 (de chez De Heeren van Liedekercke) avec un verre de Liefmans Cuvée Brut 2005 ! Une bière incroyable, plus toute jeune et un poil oxydée mais qui m’a fait penser à une espèce de kir pas vraiment sucré Crêmeuse en bouche, un peu aigre et fruitée, n’hésitez pas à vous en procurer si vous tombez dessus (surtout que cette brasserie appartient désormais au groupe Duvel Moortgat…) Là c’est travaillé, déjà que la Rochefort se montre bien présente dans ce dessert original, mais associé avec cette merveille de Liefmans, ça tue !

Sabayon à la Rochefort et Liefmans Cuvée Brut 2005

Bon toutes les bonnes choses ont une fin, et si je vous dis : Koffie of Westvleteren 12, que comprenez-vous ? Café et Westvleteren 12 ? Perdu ! Il faut lire : Café OU Westvleteren 12 ! Le choix fut cornélien, pensez-vous donc… J’ai hésité pendant au moins une demi-seconde et quelques instants plus tard je finissais tranquillement mon repas avec la reine des trappistes… Même si j’ai cru que j’allais exploser aprés avoir avalé tout ça !

Que retenir de ce repas au final ? Difficile de faire abstraction du prix élevé, personnellement je m’attendais à mieux de cette association bière et plat… Beaucoup de soin apporté à ces derniers, mais pour moi il manque quelque chose, je trouve dommage que la bière se soit montrée aussi discrète dans la plupart des assiettes (sauf les asperges et surtout le sabayon, LE grand moment de la soirée). Toute proportion gardée, je rappelle que je suis loin d’être un expert en ce domaine, et je n’ose penser aux heures de préparation qu’ont nécessité ces festivités… Ne boudons donc pas notre plaisir, les 5 heures (!) passées à table sont passées très vite, et cela grâce à mes sympathiques compagnons de tablée…

Je ne ferai pas ça tous les jours, mais l’expérience est inoubliable !

Plus d’informations sur cet évènement -passé- : http://www.lekkervlaanderen.be/index-eng.htm

One Comment »

  1. Hakim 9 mai 2012 at 11 h 51 min -

    La gastronomie est un art Français ;)

Leave A Response »