Brassage amateur : et si vous osiez la différence ?

fdevos 14 septembre 2011 0

La plupart des brasseurs amateurs que je connais sont des passionnés de bonnes choses et il arrive qu’ils soient déçus par leur production
« maison ». Malgré l’exigence de qualité qu’ils s’imposent, le résultat n’est pas toujours à la hauteur de leurs espérances. Manque d’amertume, couleur finale décalée par rapport à la recette, texture trop lourde… La liste n’est pas close.
Une fois évitée les infections et les fermentations qui ne démarrent pas, chaque brasseur amateur rêve avant tout de se faire plaisir avec une bière qu’il ouvrira avec fierté devant ses invités.
Oui mais… Ce n’est pas toujours le cas. Je reprends le vieil adage : « C’est en forgeant qu’on devient forgeron » et c‘est donc en brassant qu’on devient brasseur. Je continue de croire que la première étape essentielle est d’établir une recette de base (style bière blonde à 6%) dont on se servira pour développer d’autres bières, ambrées, brunes, blanches… Je rencontre souvent des amateurs qui n’osent pas innover ou ont peur de se lâcher par crainte d’un mauvais résultat.
Profitez de ne faire « que 20 ou 30 litres » pour expérimenter ! De nombreux brasseurs ont débuté ainsi, voire parfois en se trompant en mettant trop de houblon ou d’épices… Il n’est pas utile de faire des erreurs, bien entendu, mais affichez votre audace et ne craignez pas de faire la meilleure bière qui existe, celle qui vous ressemble !

Leave A Response »