Brassage amateur : filtration et houblonnage

fdevos 5 août 2011 0

Demandez le programme !

Après vous avoir expliqué en détails l’empâtage, poursuivons la découverte des dernières étapes du brassage…
Une fois la saccharification complète (test à l’iode confirmant la transformation de l’amidon), vous devrez procéder à la filtration.

Bel exemple de la filtration à la brasserie Dreum

Question équipement, chacun a sa méthode : certains préfèrent utiliser une cuve munie d’un fond perforé (efficace mais onéreux), d’autres d’un large tamis ou d’un grand chinois et d’autres enfin se servent d’une bassine percée à différents endroits sur laquelle ils posent une étamine (la même que pour faire de la confiture). Toutes ces manières de faire sont bonnes.
Il faut toutefois être vigilant en filtrant car la température du futur moût est très élevée et les risques de brûlure bien réels. Une fois le mélange céréales/eau versé, il faut ajouter de l’eau chaude (80°C) pour rincer ces drêches et extraire le maximum de sucre. Rappelez vous de la formule qui convient pour savoir quelle quantité d’eau ajouter ! Une fois toute l’eau versée, patientez en remuant légèrement sans presser la mouture. Cette opération terminée, vous porterez le moût à ébullition.

 

 

houblon en fleurs

C’est à ce moment que vous ajouterez le houblon. 15 minutes après les premières bulles,ajoutez votre houblon amérisant et laissez cuire le tout pendant une heure, une heure et demie. 10 minutes avant la fin, apportez le houblon aromatique. Ce dernier perd très vite de ses propriétés, voilà la raison pour laquelle il est intégré en fin de cuisson.
Si vous utilisez des houblons en cônes, mettez les dans des « chaussettes » prévues à cet effet. En pellets, laissez retomber les résidus solides avant le refroidissement, ce que nous verrons en détails très prochainement.

 

 

Leave A Response »