Bon-Secours, bière vivante !

mmarceau 4 juillet 2011 0

Il fallait une vraie occasion pour ouvrir cette vieille Bon-Secours brune rapportée de Belgique. A l’annonce des fiançailles de l’une d’entre nous, je savais que sa vie de jeune fille serait enterrée comme il se doit !

Le magnum, deux litres de bonheur  et un écrin hors norme : une bouteille brune, rebondie, ornée d’une poignée sculptée en étain qui vient s’accrocher tels un collier et une jarretière,  surmontée d’un bouchon en porcelaine gravé scellé d’un ruban en satin rouge -grrrrr-  Tout un programme affiché sur un parchemin…

Après l’avoir admiré nous retirons le serti pour faire basculer la porcelaine et laisser apparaître le liège qui emprisonne la bière qui, décidément, sait se faire désirer. Chacune en prend une sévère leçon de séduction lorsqu’elle se rend compte qu’une goûte de salive commence à poindre à la commissure de ses lèvres.

La concurrence est rude, voyons ce que la belle a dans le ventre.

La poignée épouse la main, le pouce pince la capsule, et un verre à pied en forme de poire se penche pour l’accueillir sur sa cambrure. La liqueur de la couleur d’un caramel orangé est rapidement surmontée d’une mousse épaisse assortie à sa robe. Et dire que certaines préfèrent aller voir des chippendales !

En bouche c’est un doux bouquet de fruits qui explose à la fois malté et caramélisé légèrement acide avec des notes d’abricot séché. Sucrée et trèèèèèèès longue en bouche. La coquine tient ses promesses.

Emerveillées, émoustillées, la soirée s’ouvre sur cette rareté qui désormais n’est plus . Sublimée à  l’image de cette demoiselle qui demain sera mariée !

 

Leave A Response »