George m’a tuer !

roland 22 novembre 2011 1

Comment ça, vous ne connaissez pas encore George ? Laissez-moi donc vous le présenter dans ce cas ! George est un imperial stout danois, fruit de l’association de deux brasseurs : le danois Mikkeller (encore lui !) et le norvégien Nøgne ø. George se décline en deux versions, la classique titrant à 11.11% et la Bourbon Edition qui affiche quand à elle 12.12%. La version Barrel Aged qui nous intéresse ici a mûri 6 mois dans des fûts de bourbon.

Avant que mon hôte ne me ramène cette drôle de petite bouteille, je dois bien avouer que je n’avais jamais entendu parler de ce « George ». C’est donc avec une grande appréhension que je décapsule l’ovni… « T’inquiètes pas, George c’est un mec cool ! » me rassure mon compère d’un ton enjoué. Je ne sais pas s’il faut que je l’écoute, mais au service, une chose est sûre : George a l’air suceptible !
C’est épais, dense, noir, pétroleux… J’ai rarement vu ça, on se dit que cette huile de vidange restera plate pendant toute la dégustation, alors que se forme tout d’un coup une énorme mousse beige et crêmeuse ! J’ai beau tourner le verre dans tous les sens, cette mousse se montre tellement compacte qu’elle refuse de bouger… « Je ne bois pas ça ! » : telle a été ma réaction sur le moment, non vraiment George est effrayant !

Malgré son allure de boxeur, George ne sent pas la transpiration, c’est déjà une bonne nouvelle. Non, l’effluve dégagée par cette bière est d’une rare complexité, impossible de ne pas penser au chocolat, à la vanille, au bois voire même à une feuille de bon cigare. La sensation prodiguée ici est intense, on pourrait passer des heures au-dessus du verre tellement c’est agréable.

A la première gorgée, paf ! Crochet du droit ! C’est moins drôle d’un coup, George exprime toute sa force et sa virilité avec une texture incroyablement dense, la bouche est remplie d’un coup ! Et quelle complexité ! Malt grillé, chocolat, miel, bois,vanille se fondent dans un ensemble doux et sirupeux… La deuxième claque vient lorsque l’amertume du café et les arômes de bourbon remontent à la fin de la gorgée, c’est tellement massif et puissant qu’on en a les oreilles qui chauffent direct ! Le nez tient ses promesses, le vieillissement en fût de bourbon se fait trés bien sentir sans pour autant écraser les autres arômes, non seulement c’est bon mais en plus c’est équilibré. C’est d’ailleurs tellement bien réalisé qu’on tombe fatalement dans le piège tendu ici par ce bougre de George, la dernière gorgée de ce monstre m’a envoyé au tapis sans aucune autre forme de procés !

Malgré le caractère bien trempé de George, je pense m’en être fait un bon ami, et pour ceux qui ne craignent pas son redoutable uppercut, tentez donc l’expérience au coin du feu avec un bon havane… L’effet est garanti.

One Comment »

  1. Hakim 6 décembre 2011 at 19 h 03 min -

    Petit clin d’oeil du brasseur Mikkeller au célèbre boxeur poids lourds George Foreman qui fut Champion olympique et Champion du Monde à deux reprises avant de perdre son titre en 1994 contre Cassius Marcellus Clay Jr dit Mohamed Ali…

Leave A Response »